FERMETURE DU DELPHINARIUM DU PARC ASTÉRIX

< Retour vers la liste des actualités

Il n’y a plus de dauphins au Parc Astérix

 

Les 23, 30 et 31 janvier, le Parc Astérix a procédé aux transferts de sept de ses huit dauphins dans des delphinariums européens. Dans le détail, ces transferts se sont faits par groupe d’animaux présentant des affinités pour respecter le lien social indispensable à ces mammifères marins : Guama et Cecil ont été transférés le 23 janvier au Kölmarden Djurpark en Suède ; Bahia, Beauty et Belize, le 30 janvier, au Mundomar, Benidorm (Espagne) ; Baïly et Aya, le 31 janvier, à l’Océanografic de Valence (Espagne).

Tous sont arrivés en bonne santé grâce à l’implication des équipes et aux mesures mises en place pour garantir les transferts, en parfaite collaboration avec les services de l’Etat, le Ministère de la Transition Ecologique, la DREAL et les services vétérinaires du Département.

Par ailleurs, le Parc Astérix tient à rappeler les raisons de ce choix des delphinariums et à apporter des précisions concernant certaines fausses informations. Aucun dauphin n’a été vendu, conformément aux lois régissant l’échange d’animaux sauvages. L’ensemble de ces transferts a été encadré par les instances européennes et françaises, notamment l'European Association for Aquatic Mammals (EAAM), les conventions CITES accordées par le Ministère de la Transition Ecologique et la coordination de l’EEP (Programme européens pour les espèces menacés), dans le respect des règlements en vigueur.

Le choix des delphinariums européens a été validé par des experts scientifiques et des études concernant le bien-être de ces dauphins nés en delphinariums ou y vivant depuis près ou plus de 30 ans. Par ailleurs, ces structures bénéficient de personnels qualifiés et experts des dauphins et sont soumis à une des législations les plus strictes en termes de bien-être animal.

Concernant l’option des sanctuaires, il est nécessaire de rappeler qu’il s’agit de projets d’enclos marins en mer avec des filets délimitant un périmètre. A date, il n’existe aucun enclos marin actif en Europe et concernant ceux qui pourraient potentiellement ouvrir dans plusieurs mois, voire années, nous ne disposons d’aucune visibilité sur les garanties scientifiques, administratives et financières pour assurer le bien-être des dauphins durant plusieurs décennies. Un constat qui nous a conduit à ne pouvoir conclure aucun accord concernant tout placement en enclos, face à l’inexistence de ceux-ci et à l’incertitude quant à leur éventuelle ouverture et pérennité.

Enfin, et alors que nous avions tout préparé pour son transfert vers un delphinarium français afin de minimiser le temps de transport et donc les risques, nous avons été contraints de faire le choix triste et très difficile de soulager Femke de ses souffrances. Face à ses difficultés respiratoires sévères, son absence d’interactions avec les soigneurs et les autres dauphins, son état de léthargie avancée et ses arrêts alimentaires répétés, les différents vétérinaires chargés d’évaluer sa capacité à supporter un transfert nous ont recommandé de lui offrir une fin de vie rapide et sereine, au sein de son environnement familier.

Agée de 39 ans, Femke était atteinte du Syndrome de Cushing depuis plusieurs années, son état de santé s’était très fortement dégradé ces dernières semaines, conséquence de l’évolution de cette maladie neurodégénérative incurable.

Pour son bien-être, et malgré l’immense douleur des équipes, nous avons pris les décisions nécessaires pour l’accompagner dans sa fin de vie avec le plus grand respect, comme bien d’autres propriétaires d’animaux sont amenés à le faire pour éviter toutes souffrances inutiles dans des situations similaires